L'Éthiopie accueille un atelier du CIR pour aider les pays les plus pauvres de la région à mieux tirer parti d'un commerce inclusif et durable

 Addis‑Abeba, 31 janvier 2017

La République fédérale d'Éthiopie accueille un atelier de quatre jours du 31 janvier au 3 février 2017 pour permettre aux pays les plus pauvres de la région anglophone d'Afrique plus le Yémen d'améliorer la mise en œuvre sur le plan national d'un développement du commerce inclusif et durable grâce au Cadre intégré renforcé (CIR). L'atelier régional est organisé par le Secrétariat exécutif du CIR et le Ministère du commerce de l'Éthiopie en collaboration avec la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (CEA) et la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED).

La réunion d'Addis‑Abeba aidera les pays à se familiariser avec les changements de la phase deux du CIR et améliorera leur capacité à mettre en œuvre le programme, notamment en montrant les résultats et en assurant la durabilité à long terme du programme. L'atelier réunit 14 pays du CIR: Éthiopie, Gambie, Lesotho, Libéria, Malawi, Mozambique, Ouganda, Rwanda, Sierra Leone, Somalie, Soudan du Sud, Tanzanie, Yémen et Zambie. La communauté internationale soutient aussi l'événement en y envoyant des équipes du Secrétariat du Commonwealth, de la CEA, de la CNUCED, de l'UNOPS, de la Banque mondiale et des facilitateurs des donateurs dont l'Union européenne, le PNUD et l'USAID couvrant l'Éthiopie, le Malawi, le Mozambique, le Soudan du Sud et la Tanzanie, ainsi que des programmes régionaux tels que l'Organisation africaine de normalisation.

L'atelier s'inscrit dans un programme de renforcement des capacités plus vaste géré par le CIR, qui a été lancé l'an dernier dans le Pacifique et en Asie en mettant l'accent sur les priorités de la phase deux du CIR qui consistent à obtenir des résultats de manière plus efficace et efficiente tout en optimisant les ressources. Le programme du CIR a pour but de fournir aux pays les moins avancés (PMA) les outils qui leur sont nécessaires pour pouvoir jouer un rôle plus actif dans le commerce mondial. En tant que tel, l'atelier soutient les pays africains anglophones et le Yémen dans les efforts qu'ils déploient pour promouvoir le commerce durable, améliorer un accès aux marchés qui fait cruellement défaut et stimuler les exportations qui seront les plus bénéfiques aux populations pauvres.

S.E. M. Beleke Bulado, Ministre du commerce de l'Éthiopie, a fait observer ce qui suit: "L'Éthiopie attache beaucoup d'importance au commerce en tant que moteur de croissance et de développement, et nous sommes convaincus que le commerce soutiendra les efforts consentis par le pays pour réduire et éradiquer la pauvreté. Nous essayons de tirer parti des possibilités offertes par le système commercial multilatéral en vue d'améliorer notre développement socioéconomique."M. Bulado a ajouté, soulignant les travaux d'analyse déjà réalisés par le biais de l'étude diagnostique sur l'intégration du commerce (EDIC): "la mise à jour de l'EDIC de l'Éthiopie a permis d'identifier diverses contraintes qui ont entravé le bon développement du secteur du commerce, nécessaire pour générer les entrées de devises indispensables au développement durable", confirmant ainsi aussi la volonté de l'Éthiopie de devenir un pays à revenu intermédiaire d'ici à 2025. "En atteignant cet objectif, l'Éthiopie veut sortir de la catégorie des PMA et atteindre un niveau socioéconomique supérieur."

Au nom du Directeur exécutif du Secrétariat exécutif du CIR, M. James Edwin a fait la déclaration suivante: "Le CIR a mis en œuvre avec succès la phase un et s'est désormais engagé dans la phase deux. Très récemment, le programme de développement durable a souligné l'importance du CIR et en particulier de l'ODD 8 a) en appelant la communauté internationale à accroître le soutien fourni aux PMA au titre de l'Aide pour le commerce par le biais du CIR."Il a souligné l'importance de l'engagement de tous les partenaires à l'appui du mandat international. Il a aussi évoqué les discussions menées dans le cadre de la phase deux du programme, en ce qui concerne notamment l'intégration régionale, les chaînes de valeur mondiales et régionales, la facilitation des échanges, le commerce électronique, le commerce des services, l'engagement du secteur privé et l'intégration des questions de genre, de pauvreté et d'environnement dans l'EDIC et tous les projets connexes à venir.

Les résultats de cet atelier contribueront à la bonne mise en œuvre de la phase deux du CIR au niveau des pays. Cela aidera aussi à consolider et communiquer les résultats, à veiller à la qualité et à l'utilisation optimales des ressources et à assurer la durabilité des résultats obtenus et de la plate‑forme constitutionnelle pour la coordination et la mobilisation des ressources.

Mme Joy Kategekwa, Chef du Bureau régional pour l'Afrique de la CNUCED a déclaré ce qui suit: "Le CIR, qui soutient le commerce en tant que moteur du développement national des PMA, présente un potentiel unique. Il poursuit concrètement la réalisation des objectifs de renforcement des capacités du commerce dans les PMA en mettant l'accent sur les priorités nationales visant à favoriser la réduction de la pauvreté et le développement durable. La CNUCED est fière d'être un partenaire majeur qui appuie le travail d'analyse de l'EDIC en Éthiopie et les stratégies menées en Gambie, entre autres."

S'exprimant au nom du Centre africain de politique commerciale de la CEA, Mme Heini Suominen a parlé de la situation des pays africains du point de vue du commerce et de l'impact d'une intégration régionale plus poussée qui sont au centre de la phase deux du CIR. Elle a dit ce qui suit: "La part du commerce intra‑africain est faible par rapport aux autres régions, et nous n'avons pas su unir efficacement nos forces sur la scène mondiale. L'Accord continental de libre‑échange en cours de négociation peut servir d'outil du changement à cet égard", a dit Mme Suominen, ajoutant ce qui suit: "L'Accord continental de libre‑échange et nos aspirations partagées en ce qui concerne le commerce et le développement ne peuvent pas se traduire par de véritables transformations si ils ne profitent pas à tous les Africains. Nous nous concentrons trop souvent sur les gains globaux qui peuvent être obtenus par les politiques commerciales sans reconnaître les impacts différenciés de la libéralisation des échanges."

Dernier de la série d'ateliers régionaux du CIR, cet atelier se tiendra du 7 au 10 février 2017 à Dakar (Sénégal) à l'intention des PMA d'Afrique francophone et lusophone pour faire en sorte que tous les pays du CIR soient désormais familiarisés avec les questions liées à la phase deux du CIR et la nouvelle manière de fonctionner. Cela s'appuie sur un nouveau programme‑cadre comprenant un plan de gestion du changement, un nouveau cadre logique, et une matrice d'atténuation des risques complétée par le Plan stratégique à moyen terme du CIR (2016‑2018) pour assurer l'impact du programme, la mobilisation des ressources et la durabilité des résultats.

Notes à l'intention des journalistes:

Le CIR est un fonds d'affectation spéciale multidonateurs qui fournit une aide financière et technique coordonnée pour renforcer les capacités commerciales des 48 PMA existants et de 3 pays récemment sortis de cette catégorie. Le CIR, dont l'administration est installée dans les locaux de l'OMC, est le seul programme mondial d'Aide pour le commerce exclusivement destiné aux PMA et se trouve de ce fait exceptionnellement bien placé pour aider les pays à mettre au point des stratégies commerciales durables ayant un impact positif sur le bien‑être des populations grâce à la promotion du développement du secteur privé et à la création de possibilités d'emploi et de revenu.

Pour plus de renseignements: eif.secretariat@wto.org et www.enhancedif.org.

Country: