BURKINA FASO: Commerce et moyens de subsistance: améliorer les moyens d'existence de la population rurale par le biais du commerce inclusif

"Le sésame résiste à la sécheresse, et son prix est donc très intéressant … grâce à la vente de sésame, j'ai pu construire une nouvelle maison, payer les frais de scolarité de mes enfants et leur acheter de nouveaux vélos."

Fao est très optimiste lorsqu'il décrit la marge bénéficiaire que sa famille obtiendrait grâce à une extension de 12 à 15 hectares des terres cultivées en sésame. Cela représenterait plus de 6 000 000 de francs CFA (environ 10 338 dollars EU) par récolte. Comme Fao, d'autres bénéficiaires apprécient vivement ce projet du CIR qui contribue à la croissance des recettes tirées des exportations de sésame et à améliorer les revenus des agriculteurs, producteurs et entrepreneurs ruraux, qui sont tous impliqués dans la chaîne de valeur du sésame. Le sésame étant une source majeure de revenus pour les populations rurales, en particulier les femmes, qui représentent environ 43% des producteurs actifs dans quatre régions, le projet leur donne les moyens de subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs familles et d'avoir accès à des soins de santé, à de la nourriture, à un logement et à d'autres services de base. Le projet offre également une formation professionnelle et des possibilités de nouveaux partenariats, par exemple avec des acheteurs du Viet Nam et avec les pays du Golfe dans le cadre de la Foire internationale de Riyad (Arabie saoudite).