Gambie: Une étude de la CNUCED et du CIR encourage la mise en œuvre de politiques commerciales inclusives dans le secteur de la pêche

Gambie: Une étude de la CNUCED et du CIR encourage la mise en œuvre de politiques commerciales inclusives dans le secteur de la pêche

Le 6 mars 2014, la CNUCED et le CIR ont publié le rapport d'une étude conjointe intitulé "The Fisheries Sector in The Gambia: Trade, Value Addition and Social Inclusiveness, with a Focus on Women", juste avant les célébrations de la Journée internationale de la femme le 8 mars 2014. L'étude, destinée à marquer cet événement, montre que les politiques commerciales des PMA doivent être inclusives pour remédier aux inégalités hommes‑femmes si elles veulent réduire la pauvreté.

Le rapport CNUCED‑CIR, élaboré dans le contexte des efforts faits pour atteindre le troisième Objectif du Millénaire pour le développement consistant à promouvoir l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes, montre que les femmes pour qui le poisson constitue un moyen de subsistance sont souvent perdantes par rapport aux hommes qui travaillent dans le même secteur. On le voit dans la façon dont le secteur de la pêche et de la transformation du poisson est structuré en Gambie, les femmes étant principalement concentrées dans le commerce et la transformation du poisson à petite échelle, tandis que les hommes travaillent surtout dans le commerce et l'exportation à grande échelle.

De plus, à l'approche de l'échéance de 2015 fixée pour la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement, il est clair qu'il reste encore beaucoup à faire, et l'on a proposé que le programme pour l'après‑2015 aborde tous les types d'inégalités de manière plus fondamentale.

Le rapport s'inscrit dans le soutien apporté par la CNUCED à la Gambie pour la mise à jour de son EDIC, qui fait partie du processus de la catégorie 1 du CIR.

"L'un des problèmes est que les questions sociales sont abordées dans un cadre différent de celui des questions économiques et qu'il n'y a pas suffisamment de synergies entre les deux", a déclaré M. Mukhisa Kituyi, Secrétaire général de la CNUCED. "Par exemple, les stratégies de protection sociale devraient être étroitement liées aux politiques d'emploi, d'éducation et de formation. Il faudrait prendre dûment en compte les changements apportés par le commerce international en matière d'emploi et de bien‑être. Il y a des "gagnants" dans la libéralisation des échanges, mais il y a également des "perdants", et il faut aussi répondre à leurs besoins."

Dans le rapport, la CNUCED et le CIR demandent une analyse approfondie des perspectives nationales, sous‑régionales et internationales compte tenu de la sécurité alimentaire, de l'allégement de la pauvreté et de l'inclusion sociale.

"En Gambie, 80% des transformateurs de poisson et 50% des petits vendeurs de poisson sont des femmes. Avec la mise à jour de son EDIC, la Gambie a donné la priorité au renforcement des compétences des femmes dans les activités créatrices de revenus", a déclaré M. Ratnakar Adhikari, Directeur exécutif du Secrétariat exécutif du CIR. "En collaboration avec le gouvernement, a‑t‑il ajouté, nous apportons un soutien actif à un projet de facilitation des échanges fondé sur la parité hommes‑femmes, destiné à faciliter l'exportation par avion de produits frais de l'horticulture et de la pêche. Nous aidons également le gouvernement à mobiliser des ressources auprès des partenaires de développement pour mettre en place un modèle de la pêche écologique, durable et inclusif qui privilégie le renforcement des compétences des femmes et leur autonomisation."

Comme le montre l'étude sur la pêche en Gambie, la mise en place de politiques cohérentes en matière de commerce, d'infrastructure et de protection sociale peut favoriser un développement inclusif et une diminution des inégalités, y compris celles qui reposent sur le genre. La perspective hommes‑femmes est essentielle pour mettre au premier plan de l'analyse les questions de durabilité et d'inclusion, dit en conclusion l'étude.