Maldives: accent sur commerce et investissement après la sortie de la catégorie des PMA

Les Maldives, pays de l'océan Indien comptant plus de 1 190 îles dont 188 seulement ne sont pas occupées par sa population de près de 350 000 habitants, fait face à des défis particuliers depuis qu'il a cessé d'être un PMA (2011) et qu'il ne bénéficie donc plus des préférences commerciales qui lui avaient été accordées à ce titre.

Pays soucieux d'assurer une véritable durabilité, les Maldives ont opté pour une politique cohérente de diversification économique, d'amélioration des conditions d'exercice de l'activité économique, de promotion des investissements et de facilitation des échanges. Les Maldives, dont l'économie est tournée vers les services, ont engagé de profondes réformes en se dotant de nouvelles lois et réglementations et en instaurant un cadre propice à l'investissement étranger direct dans le but de promouvoir le développement économique et social.

Le soutien du CIR a été crucial pour le développement des Maldives, notamment parce que les donateurs sont peu présents dans le pays. Le CIR accompagne la mise en œuvre d'activités dans le commerce, l'investissement, les transports et l'emploi, et concourt au renforcement de la collaboration avec le secteur privé et de la promotion de la coopération commerciale bilatérale dans la région. Ce soutien du CIR a été salué par le Conseil présidentiel pour sa contribution à la prise de décisions à haut niveau, et il a été intégré à différents ministères.

L'unité nationale de mise en œuvre (UNMO) du CIR s'appuie sur une équipe dynamique qui aide le Ministère du développement économique à formuler et mettre en œuvre des plans d'action annuels portant sur l'investissement, le commerce, l'emploi et les transports, et à rendre compte de leur état d'avancement. En outre, l'UNMO a apporté un appui technique à la rédaction de cinq chapitres clés de la stratégie nationale de développement, définie par le Ministère des finances et du Trésor, stratégie qui couvre divers domaines liés au commerce, aux investissements, au développement des PME, aux transports fiables et à la main‑d'œuvre, à l'emploi et aux migrations.

Par ailleurs, l'UNMO a assuré le secrétariat des réunions du Comité directeur national de lutte contre la traite des êtres humains et a organisé des réunions de comités techniques intersectoriels chargés de suivre l'application du Plan national de lutte contre la traite. En ce qui concerne l'élaboration de la stratégie nationale de création d'emplois appuyée par l'Organisation internationale du travail, l'UNMO a aidé le gouvernement à mettre en place un mécanisme consultatif national associant des organismes des secteurs public et privé à la mise en œuvre de cette stratégie. En outre, une formation a été dispensée à l'Administration fiscale des Maldives grâce au recrutement d'un conseiller fiscal. Il s'agissait de renforcer la capacité interne à gérer et administrer des contrôles fiscaux complexes.

Pour soutenir l'intégration régionale, l'UNMO dispense une assistance technique destinée à préparer et à lancer l'accord de libre‑échange avec la Chine, et elle fournit des informations aux parties prenantes publiques et privées et aux équipes de négociation en vue de l'élaboration des documents de synthèse des Maldives qui serviront pour les cycles de négociation. Cette coopération bilatérale a ouvert la voie à la mobilisation de financements pour des projets stratégiques clés, y compris l'aéroport de Malé et le pont Hulhulé‑Malé. Les Maldives se sont par ailleurs associées à un certain nombre d'initiatives régionales visant à assurer l'accès à des financements pour le secteur du commerce, à savoir la Coopération sous‑régionale pour l'Asie du Sud, la Banque asiatique d'investissement dans les infrastructures et l'initiative chinoise pour une route maritime de la soie.

S'inspirant de l'action du gouvernement qui souhaite que la mobilisation des ressources pour le secteur du commerce privilégie désormais les investissements, et non plus les aides, l'UNMO a mis l'accent sur la mobilisation de financements pour des projets d'investissement stratégiques. Dans cet esprit, l'UNMO appuie la proposition tendant à ce que le Ministère du développement économique soit le guichet unique d'enregistrement pour toutes les entités exerçant une activité économique aux Maldives. Plus particulièrement, l'UNMO a soutenu Invest Maldives, le volet promotion de l'investissement des services gouvernementaux, qui est hébergé par le Ministère du développement économique et est chargé de la promotion des investissements étrangers dans le pays. Il gère son propre site Web (www.investmaldives.org). Enfin, l'équipe de l'UNMO a contribué à l'élaboration du Maldives Doing Business Guide et de l'Invest Maldives Magazine, largement diffusés lors du Maldives Investment Forum et auprès des délégations d'entreprises et de donateurs et des délégations consulaires en visite aux Maldives.

Par ailleurs, l'UNMO a été chargée de l'appui à la gestion des propositions de projets d'investissement reçues dans le cadre du dispositif des zones économiques spéciales, un programme de développement mis en place par les autorités gouvernementales en vue de créer les infrastructures et installations (entrepôts portuaires et aéroportuaires et zones franches d'exportation, etc.) qui aideront les entreprises manufacturières et les entreprises de services tournées vers l'exportation. Grâce à ces initiatives, le Ministère du développement économique a pu mobiliser un financement de 735 000 dollars EU auprès du secteur privé qui a servi pour le Maldives Investment Forum et pour Expo Maldives, deux événements destinés à promouvoir les produits et services locaux.

Le CIR a en outre aidé les autorités gouvernementales à piloter le programme de facilitation des échanges aux Maldives, l'équipe de l'UNMO prêtant son concours à la tenue de réunions du Business Council et du Comité national de facilitation des échanges (TFC). L'équipe de l'UNMO a aidé le TFC à mettre en œuvre les recommandations du Doing Business Reform Memorandum de la Banque mondiale. Pour prolonger cette action, on a recruté des experts locaux dans le cadre du projet du CIR de renforcement des capacités institutionnelles, experts qui ont travaillé avec la Direction des transports au renforcement de la réglementation maritime, et à l'élaboration de règlements de nature à faciliter l'immatriculation de navires étrangers sous pavillon des Maldives. Un travail de fond a été réalisé en vue de mettre en place un registre ouvert des navires et de rendre les Maldives plus attractives en ce qui concerne l'immatriculation des navires de luxe.

Soucieuses d'améliorer leurs résultats commerciaux, de promouvoir la croissance, d'accroître les revenus et de réduire les inégalités de revenus, les Maldives ont entrepris en outre de simplifier les procédures aux frontières grâce à un projet de facilitation des échanges financé par le CIR. Ce projet vise à renforcer les capacités des organismes de facilitation des échanges en mettant l'accent sur la modernisation des services douaniers par une migration complète vers ASYCUDA World (Système douanier automatisé) et un renforcement de la capacité de la Direction de l'aviation civile à mettre en place un solide cadre réglementaire pour l'activité économique et à impliquer le secteur privé dans la gestion des infrastructures aéroportuaires. Ce projet a permis une réduction de 50% du temps de traitement des documents douaniers (d'un délai pouvant aller jusqu'à 2 jours, on est passé à un délai de moins de 24 heures) et une réduction globale du temps de traitement par les douanes de 60% à 70%. Ce projet a aussi les objectifs suivants: migration du système de dédouanement des marchandises vers ASYCUDA World, amélioration des procédures et des processus douaniers relatifs à la gestion des risques, à l'évaluation et au contrôle après dédouanement s'appuyant sur un rapport diagnostic en la matière, contrôles efficaces pour lutter contre la fraude et protéger le commerce légitime grâce à la modernisation des procédures douanières, mise à niveau des systèmes de dédouanement, et renforcement des prérogatives de la Direction de l'aviation civile.

À ce jour, plus de 200 agents des douanes ont été formés et ainsi dotés de la capacité à gérer les nouveaux systèmes mis en place, au‑delà de la phase de projet. Les évaluations et recommandations présentées par les équipes d'experts de l'Organisation mondiale des douanes (OMD) et de la CNUCED ont donné aux douanes des Maldives des indications générales sur la façon dont le travail de réforme devait être mené dans les domaines de l'évaluation, de la gestion des risques, de la vérification après dédouanement et de la migration de SYDONIA++ vers ASYCUDA World comme système de dédouanement des marchandises.

Des consultations approfondies ont été menées avec les parties prenantes (exploitants portuaires, transitaires, agents maritimes, etc.) en vue d'intégrer à la plate‑forme SYDONIA les procédures de traitement des manifestes. La mise à niveau des infrastructures de communication en ligne avec ASYCUDA World est en cours, et la migration vers ASYCUDA World devrait être achevée à la mi‑2016.

Dans le cadre des initiatives visant à informatiser les démarches administratives liées au commerce, les autorités mettent en place un guichet unique pour la facilitation des échanges. La collaboration en matière de guichet unique avec la Banque asiatique de développement/OMD, la Commission économique et sociale des Nations Unies pour l'Asie et la Commission des Nations Unies pour le droit commercial international a contribué à dynamiser le programme gouvernemental de réforme sur la facilitation des échanges. Pour mobiliser le soutien des parties prenantes et engager l'harmonisation des différents systèmes informatiques en vue de l'introduction d'un guichet unique national, des informations concernant ASYCUDA World et le projet national de guichet unique ont été portées à la connaissance du Centre national des technologies de l'information et d'autres organismes concernés.

Dans le secteur de l'aviation, le processus de consultation des parties prenantes visant à finaliser le cadre réglementaire de l'activité économique a abouti, et la réglementation a été finalisée en juillet 2015. Dans le cadre d'un programme de renforcement des capacités visant à sensibiliser les parties prenantes au nouveau cadre réglementaire de l'activité économique, 22 participants du secteur public et du secteur privé actifs dans l'aviation ont été formés dans divers domaines comprenant la gestion stratégique des aéroports et les politiques de l'Association internationale du transport aérien en matière de régulation économique et de concurrence aéroportuaire.

Dans un contexte de vulnérabilité aux changements climatiques et face à des carences certaines en matière de financement, de technologie, de transport et de logistique, l'action en faveur du commerce s'est traduite par de grandes avancées aux Maldives. Le CIR continuera d'apporter son appui au développement des capacités, des infrastructures et des structures, ce qui devrait faciliter les relations de marché, les échanges commerciaux, le développement industriel et la diversification.